Monday, 6 May 2019 at 13:54 Edited Friday, 10 May 2019 at 10:47

Extract from Les Echos (french content)

english content

Notre Dame© Elsa Freyssenet

https://www.lesechos.fr/economie-france/social/notre-dame-de-paris-devastee-par-un-violent-incendie-1009587

« Qui est cet homme ? » La question a trituré les méninges des complotistes sur les réseaux sociaux. Cet homme était une silhouette sombre vêtue, pensaient-ils, d'une chasuble claire et filmée sur une coursive de Notre-Dame,  la nuit de l'incendie . Un djihadiste ? Un « gilet jaune » ? La rumeur courait et les pompiers de Paris ont dû lui faire un sort : cet homme était l'un des leurs. Et pas n'importe lequel : il s'agissait du général Jean-Marie Gontier, qui commandait les opérations de secours.

Le deuxième plus haut gradé présent sur site cette nuit-là effectuait alors son « tour du feu ». C'est-à-dire qu'il allait, à proximité des flammes, vérifier l'état de l'incendie, l'efficacité de ses décisions et le risque pris par ses hommes. Aussi extraordinaire que cela puisse paraître - il y a bien des professions où les grands chefs ne vont pas sur le terrain - ce « tour du feu » est une routine. Une règle à laquelle s'astreint, à chaque incendie, la personne qui commande les opérations de secours. « C'est dans notre culture, il faut se rendre compte par soi-même et c'est important pour les hommes de voir le chef », explique Gabriel Plus, le porte-parole de la Brigade des sapeurs-pompiers de Paris (BSPP). Le général Gontier est monté au front « au moins cinq ou six fois dans la soirée ». Une semaine après  l'incendie géant à Notre-Dame , il y a encore des choses à apprendre et à comprendre de la bataille victorieuse menée par les soldats du feu dans la nuit du 15 au 16 avril.

Ne faites pas de nous des héros.

Le pays entier les a acclamés, tout ce que la France compte d'autorités leur a rendu hommage et  même leurs homologues de New York ont salué leur « bravoure ». Ils le méritent. La clairvoyance des gradés et la ténacité de leurs troupes, le miracle de la volonté… Tout cela est vrai mais ne suffit pas à leur rendre justice. Les pompiers eux-mêmes se méfient du « sentiment de toute-puissance » qui peut altérer leur jugement. « Ne faites pas de nous des héros », a-t-on entendu au cours de cette enquête.

 

https://www.lesechos.fr/politique-societe/societe/notre-dame-comment-les-pompiers-ont-gagne-la-guerre-du-feu-1013461?fbclid=IwAR3DOQyoKMwFLqoPo2wnOS8pi-FU9tw2Z3MXwhwh8bSJQpE7onDZfB3CMsA#xtor=CS1-60